Au pays de La ruée vers l’or

Publié le 26 juillet 2012 | Récits du CANADA | 5 commentaires

Après avoir déambulé le long de la péninsule d’Homer sous un magnifique soleil, nous partons avec Dream à la découverte du chemin serpentant au bord de la baie pour voir les maisons, bateaux de pêche et les petit hydravion que chaque habitant de coin possède .

Nous rentrons sans soleil sous un vent froid forcissant, ce qui me donne l’excuse de tester le chauffage .

Après une bonne nuit de sommeil, je me lève sous une forte pluie qui a rafraichit considérablement la température et bouchée l’horizon .

Nous allons Dream et moi au « Visitor’s center » voir la météo, elle n’annonce rien de bon pour les trois prochains jours, je decide de reprendre la route le lendemain, cette journée froide et très mouillée sera consacrée à gouter les spécialité culinaire du coin, Saumon sauvage, Halibut, pattes de King Crab .

C’est délicieux, les Saumon pèse environ au minimum 3 kilos, la chair ferme est très rouge et gouteuse, le halibut quand à lui pèse au mini une dizaines de kilos la chair est quand à elle plutôt blanche au darne charnue et ferme, c’est très fin aussi, quand au king crabe du cercle polaire sont d’énorme bestiaux ressemblant plus aux araignées de nos côtes mais dont les pattes sont longues comme mes bras . Je ne verrais pas le corps car les bestiaux débarquent déjà préparé, les pattes pour les restos, les corps épluché sont mis en boites .

Je vais voir les bateaux de touristes pécheurs arriver, ils débarquent chacun des centaines de kilos de poissons avec une grande fierté méritée .

Néanmoins je me pose des questions sur la préservation des ressources car quand j’ajoute la pêche commerciale au très nombreux pêcheurs amateurs et les centaines de kilos sortis chaque jours .

Malgré cela le prix du poisson ici à la poissonnerie reste prohibitif, comme tout le reste d’ailleurs .

Nous reprenons la route le matin de bonne heure vers la si moche ville de Anchorage avec l’objectif de faire réparer mon pare brise . Sur cette jolie route je m’arrête de bonne heure en bord de rivière pour observer les centaine de pecheurs installés jusqu’au genou dans l’eau . Je ne connais rien à la pêche mais il me semble qu’ils harponnent les saumon avec un gros fil et un harpon en bout à la place de nos ameçons.

Certains en sortent une trentaine d’énormes bestiaux en une heure .

Je reste en bord de rivière à observer ces pêcheurs une grande partie de la nuit, pendant que Dream s’enharditau point de mettre ses pattes dans la rivière pour boire et renifler la bonne odeur des saumons agonisants au bout de leur fil .

J’arrive à Anchorage en fin d’AM, 5 minute avant la fermeture du réparateur de pare brise, rendez vous pris pour le lendemain 9h30, je passe la nuit sur la parking du Safeway, super marché ouvert 24/24h sans être dérangé, même si le quartier me semble glauque .

Le lendemain pendant la réparation très professionnel des 3 jeunes techniciens, je compulse ma documentation rassemblée au fil de la montée dans mes haltes au visitors center pour décider de la suite de ma route .

Mes « camarades » exploracy m’ayant confirmé que la route des chercheurs d’or vaut vraiment la peine, je decide de la faire . Quelques kilomètre après Tok, je m’arrête sur un parking pour la nuit, au bout de ce parking il y a une rampe d’accès à la rivière ou une voiture semble enlisée .

Le conducteur vient chercher de l’aide, après avoir cassé toutes ses cordes, il accepte enfin que je sorte mes belle sangles costaux .

Je lui laisse la responsabilité d’accrocher la sangle ou il veut sur son vieux pick up, en effet souvenez vous qu’une fois j’ai emmené avec moi l’essieu avant d’un pauvre bougee planté sur une plage …

Mon Scani sort le pickup et le bateau accroché derrière sans même le sentir . Le gars et très reconnaissant car cela faisait des heures qu’il était coincé là avec la peur de voir l’attelage complet emporté par le vif courant .

Le lendemain je prends la route du Top of the World avec une certaine fierté, enfin route c’est vite dit, c’est plutôt une piste qui va de très mauvaise à bonne entrecoupée de mauvais goudron serpentant dans des paysages de montagne vierge et grandiose .

Je fais une halte café à Chicken au lieu des touristes voulant s’initier à la collecte d’or dans la rivière, je ne me laisse pas tenter .

Entre Chiken et la frontière canadienne la piste se retrecit beaucoup et c’est de la glaise damée, je suis très heureuse que le temps soit sec car par temps de pluie je pense que c’est une patinoire .

Tout le long de la rivière, je vois des gens installé à chercher de l’or avec des équipement plus ou moins sérieux, ils semblent être installé là pour un grand monent .

A la frontière Canadienne je suis acceuillie avec gentillesse par 3 douaniers qui me font remarquer que j’ai perdu mon bouchon de GO et me trouve des élastiques, un sac en palstique et font eux même le boulot, c’est pas les us border qui ferait cela .

Je continue mon chemin et au détour d’une colline je tombe sur un troupeau de Caribou qui broutent en bord de colline .

En fin d’AM j’arrive au pied du traversier qui doit faire traverser à Scani le yukon, torrent large et tempétueux . En attendant ma place je regarde avec intérêt ce petit esquif équipé de très gros moteur se battre contre un courant fou .

Après quelques minutes de traversée, je retrouve au débarquement le couple adorable de Quebecquois rencontré quelques jours auparavant à Withehorse .

Sylvain et Chantal sont comme moi heureux de nos retrouvailles, nous décidons de nous retrouver pour boire quelques bières et manger du chili au festival de musique de Dawson city .

Nous passons une soirée très sympa entouré de nombreux Quebecquoi et quelques européens .

Mes copains me font rencontrer deux frères d’une cinquantaine d’années Jean et Mario des quebecquois qui viennent de finir leur pèlerinage sur les traces de leur ancêtre partit au début du siècle dernier vers l’or .

Ils ont accomplit cette exploit avec les seuls moyen existant à l’époque de leur grand père, leur récit est extraordinaire .

Sylvain nous convie le lentemain matin pour un super petit déjeuner maison, crêpes aux pommes et sirop d’érable, le vie est belle .

 

 

5 pensées sur “Au pays de La ruée vers l’or”

  1. elarmoire dit :

    même pas tenter par une petite pépite! quelle volonté!, continue à nous faire rêver, fais attention à toi et à tes compagnons de route, bises

  2. Eric Aubry dit :

    Le Yukon, l’origine de la fortune de …… Picsou. Ce n’est donc pas une invention de Walt Disney. Dommage que Dream ne soit pas un chien renifleur.

    Sympa le copain de Scani.

    Je vois avec plaisir que tu as retrouvé ton entrain et ta bonne humeur.

    Je te rappelle que le saumon est un poisson gras dont il ne faut pas abuser.

    Quand au caribous, ils portent avec élégance leurs magnifiques bois, ça c’est du chapeau.

    Les bateaux à aube, les constructions, les paysages, la bouffe .. C’est loin mais ça valait le coup de passer du temps on the road.

    Donc j’en déduit que tout va bien, que le moral est au plus haut.

    Suis ton étoile, poursuit ton chemin et Carpe Diem.

    Caresse a Dream

    Bises

  3. fpaillot dit :

    Oh les beaux caribous!!! Tu en as de la chance. On t’embrasse
    Fabienne, Olivier, Avril et Benoit

  4. cisambert dit :

    trop fort, et Dawson on adore…. plein de bisous,

    bonne route claude et alain

  5. Marylène Salles dit :

    C’est la pêche miraculeuse !!! ce que je vois me replonge dans les westerns que j’ai tant regardés.
    Domage ,Dream ne t’a pas reniflé une pépite!!!!!!!!!!
    bises

Les commentaires sont fermés.

Articles par dates

juin 2019
L M M J V S D
« Sep    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Archives